Sylvie Tiratay

Sylvie Tiratay

 

Artiste Chorégraphique

Danseuse formée d’abord à la danse classique et jazz, c’est dans la rencontre avec la danse contemporaine qu’elle a épanoui son désir de danse, d’expression et de potentialité créative, puis avec l’approche des techniques de release, d’improvisation (danse-contact), butoh, et techniques somatiques (feldenkrais, chi Gong). Elle a suivi divers enseignements dont A. Rodriguès, R. Matteis, C. Ikeda, T. Bae, P. Goss, E. Woliaston, C.de Rougemont, N. Dipla, J. Hamilton, D .Silhol (etc.).
Licenciée en esthétique de danse à l’Université Paris VIII, elle a revisité entre autres l’histoire de la danse, l’ethnologie de la danse, la notation et l’analyse du mouvement, la philosophie des discours sur le corps.

 


Elle est aussi interprète et performeuse sur plusieurs projets de danse hybrides (Collectif WISIWIG, Cie Sans moi ou presque, Cie Step à Step, Cie Tangible, Cie Parquet Nomade, Cie Anqua Danse avec les Roues etc.) et collabore comme regard chorégraphique à différents projets artistiques de danse et de théâtre (Cie Les Chemins de la Danse, Cie Retour d’Ulysse).

Sa recherche tourne autour de la danse de l’interprète (Qui danse ?) et le questionnement sur le corps en mouvement (Dans quel corps ?) et le contexte dans lequel s’inscrit le corps. Dans quelle économie, écologie, paysage, le corps est-il le véhicule ? Sa danse est plutôt une danse performative, questionnant le paysage extérieur (urbain/ nature) comme intérieur (studio, chantier). D’où le spectateur regarde ? Elle danse et s’adonne davantage aujourd’hui à la chorégraphie comme une écriture d’une langue du corps sans cesse en renouvellement.


Danse-thérapeute et pédagogue

 

Danseuse contemporaine, elle est aussi titulaire d’un diplôme de psychologie clinique et pathologique. Elle s’est formée ensuite à la danse-thérapie, à l’école Free-Dance Song, et a fait le lien entre une pratique du corps et une théorie de la psyché.

Comment relier l’esprit et le corps et utiliser le mouvement comme médiation thérapeutique dans la relation d’aide ? Elle a collaboré avec plusieurs équipes de soin (Association Personnimages avec des adultes souffrant de handicap mental, en foyer de vie, ESAT, CMMP, SAVS, associations d’aide aux personnes en situation de prostitution, Hôpitaux de jour en psychiatrie et addictologie). Elle y a proposé des ateliers à médiation corporelle, des ateliers chorégraphiques parfois aboutissant à un projet artistique ou de restitution chorégraphique.

Elle est aussi pédagogue et utilise ses diverses formations autour de la danse pour enseigner l’éveil et l’initiation aux enfants (Association ENAC, Mairie de Paris, Association les Chemins de la Danse).


Praticienne de shiatsu

 

A l’écoute du corps et de ses propres signes, en tant que danseuse, elle s’est depuis longtemps intéressée à la médecine chinoise ; Traitée elle même par le shiatsu, l’acupuncture, l’ostéopathie et les médecines douces, un jour, elle décide de se lancer dans l’apprentissage du shiatsu et de la médecine chinoise, pour mieux comprendre, mieux se connaître elle même et trouver à préserver et faire circuler son énergie dans son vivant. Le shiatsu fut une rencontre forte avec un enseignement doué de douceur tout autant qu’il est martial. Touché par cette pratique et la philosophie taoïste qui la sous-tend, telle une danse en équilibre entre Yin et du Yang, elle trouve un prolongement à sa danse dans une dimension plus énergétique du monde.

Elle a obtenu ses quatre année de formation au shiatsu familial et traditionnel à l’Ecole EST de Bernard Bouheret, et termine la dernière partie du diplôme de shiatsu  thérapeutique. Elle peut d’ores et déjà pratiquer et proposer des suivis avec le shiatsu en séance individuelle.

De par sa connaissance du corps en mouvement et pédagogie de groupe, elle peut également proposer des ateliers collectifs d’apprentissage du shiatsu, en utilisant le chi-gong, les principes énergétiques du corps et quelques points et méridiens de shiatsu et médecine chinoise.